Texte à méditer :   "Celui qui ne sait pas d'où il vient ne peut savoir où il va, car il ne sait pas où il est.
En ce sens, le passé est la rampe de lancement vers l'avenir".
Archiduc Otto de Lorraine-Habsbourg
Union des Cercles Généalogiques Lorrains
  
 
L' U.C.G.L.

Fermer L'Union

Fermer Les Cercles

Fermer La Généalogie

Fermer La Lorraine

Nos travaux

Fermer Base de données Genlor

Recherche



 559451 visiteurs

 7 visiteurs en ligne

La Lorraine - Histoire

La Lorraine  ... "avant la Lorraine"

Le pays de Lorraine est situé entre l'Alsace à l'Est et la Champagne à l'Ouest. Au Nord, il es bordé par le royaume de Belgique, le duché de Luxembourg et l'Allemagne. Au Sud, ses limites touchent la France-Conté.

La Lorraine est formée de régions très différentes. Aussi, son unité est plus historique que naturelle. Adossée au massif des Vosges, l'étendue du territoire formé de plaines et de grands plateaux s'incline vers le bassin Parisien.

L'altitude moyenne est de 300 mètres.

Au moment de la conquête des Gaules par Jules César, quatre grands peuples de races celtiques occupaient le territoire. Au Nord, les Trévires dont la capitale était Trêves sur la Moselle. Les Médiomatriques, dont la citadelle principale était Metz au confluent de la Seille et de la Moselle. Scarpone (aujourd'hui Dieulouard) était un poste avancé important situé dans une île au confluent de la Moselle et de la Meurthe, à la limite du pays des Médiomatriques et de celui des Leuques.

Les Verdunois étaient fixés autour de Verdun, dans la vallée de la Meuse.

Enfin, les Leuques ou Leuquois occupaient les hautes vallées de la Meurthe, de la Moselle et de la Meuse. Toul était la capitale ; Naix, Grand et Soulosse, les trois autres villes principales.

Aux dires de César lui-même, ces peuples comptaient parmi les plus valeureux. Malgré la romanisation, ils restaient très attachés à leurs traditions celtiques et à leurs cultes : Teutatés, Hésus ou Belen, dieu du soleil : Sucellus, le dieu des forgerons ; Epona, la déesse cavalière ; Rosemerta, la déesse du commerce ; etc.

Dès le IIIè siècle, commence l'évangélisation de nos contrées. Le premier apôtre des Trévires fut Saint-Euchaire (martyr à Pompey, inhumé à Liverdun), celui des Médiomatriques : Saint-Clément ; celui des Leuques : Saint-Mansuy et son successeur immédiat, Saint-Amon ; chez lesVerdunois : Saint-Saintin.

Saint-Martin a parcouru par trois fois nos régions pour se rendre à Trèves. Cet apôtre très populaire a laissé son nom à une quantité de paroisses et de lieux-dits.

En 496, en revenant d'une expédition contre les Allamands, Clovis le Roi des Francs-Saliens passa par Toul. Cette cité possédait une école très réputée. L'église en assumant sa mission était également la protectrice des Lettres et des Arts.

Clovis amena avec lui le prêtre toulois Waast pour lui enseigner les vérités de la religion catholique et pour le préparer à son baptême, qui marqua le début de la monarchie chrétienne.

Après la mort de Clovis en 511, notre région devint royaume mérovingien d'Austrasie, avec Metz pour capitale. Un des ses rois fut Sigisbert III, fils de Dagobert, qui érigea plusieurs monastères dont l'importante abbaye du Ban-Saint-Martin proche de Metz, aujourd'hui disparue.

La plus ancienne abbaye de Lorraine a été fondée en 510 à Hilariacum (aujourd'hui : Longeville-lès-Saint-Avold).

Au temps carolingien, Charlemagne devait parcourir nos contrées. Ses célèbres cartulaires ont été rédigés à Thionville. Le grand empereur aimait venir chasser dans les forêts giboyeuses des Vosges, notamment dans la région de Champ-le-Duc (près de Bruyères). Grâce à Charlemagne, le chant grégorien se répandit dans les Gaules depuis l'école de chant qu'il avait fondée à Metz. Après sa mort, son vaste territoire fut partagé. Le traité de Verdun de 843 divisa l'empire en trois parties. Lothaire obtint la partie formant une bande qui s'étendait de Rome à la mer du Nord. On lui donna le nom de "Lotharii Regnum" (royaume de Lothaire), Lotharing en dialecte Franc (les Allemands disent : Lothringen), ce qui donna en Français le mot : LORRAINE.

Ce royaume devait se morceler pour devenir plus tard un duché tiraillé entre France et Saint-Empire Romain Germanique.

La Lorraine "De sa création (965) à son rattachement à la France (1766)"

Durant des siècles, la Lorraine restera un état indépendant, avec Nancy pour capitale dès le XIè siècle.

Le rattachement de la Lorraine au Royaume des lys date du siècle de Louis XV. La nouvelle province Française est née officiellement le 23 Février 1766. La principauté de Salm sera annexée par la république française en 1793.

Le duché de Lorraine fut créé en 965 et donné à Frédéric 1er de descendance carolingienne. Mais cette première Maison Ducale devait s'éteindre en 1033 avec Frédéric II, faute d'héritiers mâles.

Le duché passé à Adalbert de la Maison des Comtes de Metz auquel succéda en 1048 son neveu Gérard de Châtenois. Ses descendants régnèrent près de sept siècles sur la Lorraine.

Actuellement, Son Altesse Impériale et Royale, l'archiduc Otto de Lorraine-Hasbourg est le descendant direct de nos ducs.

De Gérard 1er de Châtenois (1048) à François III (1737), 28 ducs de la Maison de Lorraine ont régné sur le duché, Stanislas qui régna de 1737 à 1766 n'étant qu'un duc à titre nominal puisqu'il avait été placé sur le trône du duché de Lorraine par Louis XV, dont il était le beau-père.

Parmi nos princes les plus célèbres, il faut citer :

  • Raoul-le-Vaillant qui régna de 1329 à 1346 ; il est le fondateur des confréries de métiers dans sa capitale. Allié a roi de France, il fut massacré par les Anglais à la fameuse bataille de Crécy.
  • René II régna de 1473 à 1508. C'est le héros des Lorrains. Le vainqueur de l'orgueilleux Charles-le-Téméraire lors de la bataille de Nancy du 5 Janvier 1477.

On peut dire que ce jeune duc-chevalier a contribué le plus à la gloire de la Lorraine. De son règne date le sentiment patriotique des Lorrains. René II, c'est le prince charmant aimé de son peuple ; c'est le duc proscrit et dépouillé de son duché par le Téméraire ; c'est le souverain errant parcourant les pays pour recruter des troupes afin de reconquérir le duché ; c'est le vainqueur de la bataille de Morat en Suisse (1476). Adoubé chevalier sur le champ de bataille, il a été reconnu comme étant le plus vaillant des capitaines par les Helvétiques, connus comme les meilleurs soldats de l'Europe de ce temps... C'est enfin, le héros victorieux qui en triomphant du grand duc d'Occident Charles-le-Téméraire, sauva l'indépendance de la Lorraine et délivra en même temps la France d'un prince ambitieux et redoutable.

Antoine-le-Bon (1503-1544), fut le vainqueur des rustauds qui s'apprêtaient à envahir la Lorraine après avoir pillé le Palatinat et ravagé l'Alsace. Ces Protestants allemands voulaient combattre le catholicisme et imposer par la force les doctrines de Luther en Lorraine. Le duc Antoine arrêta net leur avance au col de Saverne en 1525.

Charles III-le-Grand. Son règne de 1545 à 1608 est le plus long et le plus prospère de l'histoire de la Lorraine. On doit à ce duc la fondation de la célèbre université de Pont-à-Mousson, l'introduction du Calendrier grégorien en Lorraine, la création de nombreuses hospices, le maintien de la religion catholique dans ses états à la Ligue dont les chefs étaient les Guise.

Charles IV (1624-1675). A cause de ses positions politiques, le règne de ce prince est le plus critiqué de notre histoire. Il est vrai que Charles IV fut mêlé à des intrigues politiques et.... amoureuses discutables. On peut quand même penser que le rusé Richelieu en avait sans doute concocté plusieurs afin de justifier l'envahissement de la Lorraine par les troupes Françaises et de démantèlement de nos forteresses. Mais par ses alliances, Charles IV avait choisi de défendre l'Europe catholique des Hasbourg contre Richelieu le libéral, allié aux protestants.

Charles IV fut pourtant un souverain très populaire parmi le peuple et la noblesse lorraine avait également suivi ce prince fougueux avec enthousiasme. Sous le règne de ce duc, eurent lieu les fameux sièges de la Mothe (1634, 1642 et 1645). Rasée par ordre de Richelieu, cette forteresse est le symbole de la résistance et du patriotisme lorrain.
 
Jean-Marie CUNY


 
W3C CSS Skins Papinou © 2007 - Licence Creative Commons
^ Haut ^